Ivan Rioufol

Unknown

Ivan Rioufol suit sa scolarité lycée de l’Immaculée-Conception (Laval) et au lycée Saint-Stanislas (Nantes), puis il obtient un Diplôme d’études approfondies (DEA) de droit maritime et aérien à l’Université de Nantes. Il débute une carrière de journaliste en 1976, au quotidien nantais Presse-Océan. Il rejoint Le Figaro en 1985 au service La vie des médias, responsable de la rubrique Confidentiel. Il devient rédacteur en chef du service des informations générales, puis éditorialiste et membre du comité éditorial du journal en 2000. Il a été également éditorialiste au Figaro Madame.

Depuis 2002, succédant à Max Clos, il tient dans Le Figaro un Bloc-notes publié chaque vendredi. Il est également chroniqueur à l’émission On refait le monde, sur RTL.

Il se déclare catholique.

Par ailleurs, il est le frère de l’acteur Marc Rioufol (1962-2011).

Prises de position

Il se positionne comme conservateur et se proclame « néo-réactionnaire ».

Au nom de la liberté d’opinion et d’expression, Ivan Rioufol a pris parti contre la loi Gayssot sur l’histoire et contre la loi pénalisant l’homophobie. Il a soutenu l’intervention américaine en Irak en 2003, et plus généralement les positions de George W. Bush. Il est à l’inverse critique envers Barack Obama.

Le 16 mai 2008, dans Le Figaro il prend position contre la « repentance »:

« Faire reposer la colonisation et l’esclavage sur la seule responsabilité de la France, en taisant les siècles d’implantation musulmane en Espagne ou dans les Balkans et les traites humaines organisées par les Africains ou les Arabes (notamment contre les Blancs), est un procédé proche du lavage de cerveau. Cette maltraitance de l’histoire, destinée à satisfaire les nouvelles communautés, ne peut qu’aviver les ressentiments. »

Dans son livre De l’urgence d’être réactionnaire, il écrit :

« Nombreux sont les Français qui en ont plus qu’assez de se faire malmener, ridiculiser, enfumer par des démocrates qui n’aiment pas le peuple, des humanistes qui n’aiment pas les gens, des journalistes qui n’aiment pas les faits, des antiracistes qui n’aiment pas les Blancs, des progressistes qui aiment tellement les pauvres qu’ils sont prêts à en faire venir toujours davantage. »

En octobre 2013, il fait partie des 19 signataires de « Touche pas à ma pute ! Le manifeste des 343 “salauds” » pour protester contre les sanctions qui pourraient toucher les clients des prostituées6.

 

(Source wikipedia)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *